Sécurité Routière

Sécurité Routière : le Changement sera-t-il Maintenant ?

Depuis le 6 Mai 2012, sous le souhait de 51,63% des électeurs, la République Française possède un nouveau visage.  L’ancien candidat Socialiste qui veut baser son action aux antipodes du président sortant déclare vouloir « reconstruire le partage de la route et le dialogue avec les usagers ». À l’heure du Grand Changement, un coup d’œil dans le rétroviseur et  , roulons vers ce nouveau quinquennat.

Les promesses électorales :

Si le gouvernement précédent à appliqué 10 années durant une politique agressive quant à lui déclare vouloir trancher radicalement avec la rudesse du pouvoir sortant. Déclarant bien assez tôt que la  « Sécurité Routière ne doit pas se résumer à de la répression », il exprime l’envie de ne pas agir contre les automobilistes tout en les impliquant davantage. Oui, mais concrètement ça signifie quoi ?

Le jeu des questions-réponses :

Interrogé lors de sa campagne électorale par la FFMC (Fédération Française des motards en colère) et l’Association 40 Millions d’Automobilistes , le nouveau président reste pourtant évasif sur son programme et n’apporte dans un premier temps que peu de réponse concrète.

Si les motards se réjouissent d’avoir à la tête du pouvoir un fervent adorateur du déplacement à deux roues, la question du brassard fluo qui a causé tant de remous cette année ne trouve toujours pas de réponse. L’intéressé a tout simplement ignoré la question sans investir de temps. En ce qui concerne le contrôle technique des deux roues, François Hollande qui refuse d’investir la législation d’une nouvelle loi onéreuse lui préfère un  « suivi d’entretien et de conformité des véhicules s’appuyant sur les réseaux des concessionnaires et des professionnels ». La nuance reste ténue. Toutefois, interrogé par Moto Magazine, ce dernier évoque son souhait de ré instauré la circulation inter-file qui répond, toujours selon lui, à un certain « pragmatisme ». Le tout serait que les règles de circulation soient comprises et respectés de tous afin de permettre aux deux roues de remonter les files sans danger. François Hollande met également le doigt sur les infrastructures de la route et concède que toutes les études menées démontrent que celles-ci sont à revoir et à corriger.

Quels Changements ?

Les conseillers du nouveau président seront-ils en faveur d’une politique moins répressive pour les automobilistes?

L’avènement du gouvernement socialiste au pouvoir changera-t-il la donne ?

Ce n’est pourtant pas chose certaine quand on se remémore le fait que le tournant répressif de ces dix dernières années avait été entrepris dès 2001 par Jean-Claude Gayssot, ministre communiste des transports du gouvernement Jospin.

Pourtant, le nouveau président semble prendre conscience de la grogne des automobilistes et déclare au Parisien  connaitre la difficulté des usagers de la route aux permis annulé . Et si ce dernier promet de réfléchir à la situation, il refuse toute amnistie présidentielle en attendant. Quoi qu’il en soit, il faudra attendre les élections législatives et les premières ébauches de la future majorité avant de savoir ce qui pourra réellement changer.

Radars aux feux tricolores : Quand le Gouvernement voit Rouge!

Si l’année 2018 marque l’apogée du raidissement en termes de sécurité routière  et la cristallisation de toutes les contestations : sur les lèvres autrefois ombragées de colère se dessinent  à présent un sourire moqueur teinté d’une pointe de provocation.

Depuis 2018 les nouveaux radars automatiques de feux rouges font rage et ont causés près d’un million de procès-verbaux dit non conformes qui pourraient être contestés et annulés.

Les Contraventions : un Marché Florissant :

Si en haut Lieux on conteste la guerre du chiffre qui fait rage (et qui rapporterait à elle seule 1,5 milliard d’euros par an) les contraventions se multiplient depuis quelques années jusqu’à atteindre des sommes records. Dans l’œil du cyclone: les représentants des forces de police qui déploient leur force et leur ingéniosité afin de sécuriser nos routes. L’homme ne suffisant désormais plus à nourrir la machine, le marché qui s’avère être florissant fait peau neuve et innove. Si l’année 2018 voit l’arrivée des radars embarqués en voiture ou dissimulés sur des motos banalisées, en 2018 la nouveauté était placée en arrière des Feux tricolores, et si ces derniers ont fait bondir le taux de verbalisation de plus de 1.500% … on se questionne aujourd’hui sur leur orthodoxie.

Une Faille qui joue en faveur des usagers de la route :

Si les avancées  technologiques permettent à l’Homme d’être relayé par les machines, ils n’en résultent pas moins qu’elles doivent être  contrôlées et certifiées aptes à leur fonction une fois par an. Pour des raisons de transparence, la date de cette vérification doit être mentionnée sur les procès-verbaux afin d’attester de leur authenticité de la même façon que leurs confrères  opérant sur les autoroutes. Or, peu connu des usagers de la route, vice de forme se dissimule dans le constat et octroie à ce dernier le droit de contester voire même de faire annuler la contravention : puisque cette mention est tout simplement absente sur le document. Une omission qui pourrait devenir un véritable gouffre financier pour les caisses de l’Etat puisque tous les PV dressés après un flash peuvent être potentiellement déclarés Nuls.

L’Effet Boule de Neige :

 La nouvelle se répand comme une trainée de poudre, et déjà les premiers résultats se font connaitre. C’est Caroline Tichit, une avocate du droit routier,  interviewée par Le Point, qui  ouvre la voie et atteste de la véracité des faits. Cette dernière ayant obtenue une relaxe pour nullité de PV en se servant de cette faille offre donc  un cas de jurisprudence applicable aux milliers de contraventions dressés depuis 2018.  Les avocats attestent du mouvement et témoignent de l’engouffrement général dans la brèche.  Ainsi est dénombrées de plus en plus de contestations de contraventions sur ces bases : comme le démontre l’Affaire de Perpignan en septembre 2011 dont le juge avait là encore, donné raison à  l’automobiliste.

Le Déni  des têtes pensantes :

L’Affaire rebondit et inquiète la Mission d’information parlementaire sur la prévention routière . L’appel est lancé par cette dernière, qui demande au gouvernement de freiner la colonisation des radars de feux rouges dans l’attente d’une solution qui pourrait légitimer les derniers déjà en place. Pourtant, nulle mesure ne semble être prise dans cette voie, mais au contraire, en témoigne les remaniements de la nouvelle législation routière effective depuis le 4 janvier 2012 qui suppriment les avertisseurs de radars …

En somme, ce ne sont pas moins de 300 000 PV qui auraient put être contestés par le biais de cette faille en 2018, le double est pressenti pour l’année 2018…

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
25 − 17 =